Site compatible :  


Yvert et Tellier


 Recherche


    Une personne
          ( par son nom et/ou son prénom )

    Une association
          ( nom complet ou non, ou sigle )




 Accès rapides


Agenda de la FFAP

Revue de presse

Emissions de timbres



Accès aux groupements et associations via la carte de France

 QU'EST-CE-QU'UN TIMBRE-POSTE ?


Le One Penny Black
Le premier timbre-poste, le "One Penny Black" à l'effigie de la reine Victoria, a été émis en 1840 en Grande Bretagne.
Avant de se lancer dans une initiation à la Philatélie et, pour se faire, effectuer un voyage virtuel dans les nombreux domaines que recouvre ce terme général, il est utile de se munir du minimum de vocabulaire spécifique qui permet de définir les principales caractéristiques d'un timbre-poste.


Un timbre-poste est une vignette en papier qui comporte, au recto, une figurine et diverses indications et qui est généralement enduite, au verso, d'un adhésif. Il est apposé sur un courrier pour indiquer que l'expéditeur a payé l'affranchissement. C'est-à-dire qu'il a acquitté la taxe due pour que son courrier - de quelque nature qu'il soit - soit expédié par les services postaux (publics ou privés).


Le principe du timbre-poste a été inventé en Grande Bretagne, en 1840, dans le cadre d'une importante réforme postale "systémique" : jusqu'alors c'était le destinataire d'un courrier qui payait, au préposé du service postal, le prix du port du courrier qu'il recevait. D'où de nombreux refus de payer, alors que le service avait été rendu, et donc des transports "en pure perte". La réforme, en imposant que ce soit l'expéditeur qui paye le service, est destinée essentiellement à réduire ce manque à gagner.
L'apposition d'un timbre "mobile" - rapidement appelé "timbre-poste"- qu'il faut coller sur le courrier à transporter, est la preuve que le port a été acquitté.
Le fait que ce timbre mobile soit marqué par une empreinte spécifique (appelée oblitération) est destinée à apporter des preuves factuelles de la prise en compte du courrier par le service postal ... et à empêcher qu'il soit réutilisé pour affranchir un autre courrier.



 LA CARTE D'IDENTITÉ D'UN TIMBRE-POSTE ...



Pour pouvoir collectionner des timbres-poste il faut savoir les identifier. C'est-à-dire comprendre les différentes informations qui sont imprimées sur leurs rectos. Une partie de ces indications est règlementée au niveau mondial et permet d'identifier un timbre provenant de l'autre bout du monde.


caractéristiques d'un timbre-poste moderne
© Infographie parue dans le fascicule "Comment collectionner les timbres ?", édité et distribué par l'AdPhile, l'Association pour le Développement de la Philatélie.


QUELQUES REMARQUES :
  • Les premiers timbres-poste étaient non dentelés et il fallait les découper avec une paire de ciseaux pour les détacher de la feuille de vente. La dentelure est apparue dans les décennies qui ont suivi pour faciliter cette opération de séparation. Mais il existe encore des timbres non dentelés émis çà et là.

  • Il existe de plus en plus de timbres qui ne comportent pas d'indication de valeur faciale (pouvoir d'affranchissement). Une indication spécifique permet de connaître quel type de courrier ils peuvent affranchir.

  • Il existe de plus en plus de vignettes ou d'empreintes spécifiques qui remplacent les timbres-poste mobiles du fait de la mécanisation progressive du traitement du courrier. Ces vignettes sont des produits philatéliques à part entière.





 AUTRES CARACTÉRISTIQUES


D'autres caractéristiques permettent de distinguer et catégoriser les timbres-poste.


    Caractères utilisés :


Un timbre afghan
Les postes afghanes ont émis, jusque dans les années 1970, des timbres dont les légendes étaient doublées par des informations rédigées en français.
Les indications présentes sur le recto d'un timbre sont généralement écrites dans la langue du pays émetteur. Ce qui peut poser problème si ce pays utilise des caractères particuliers (alphabets cyrilliques, arabes, asiatiques, grecs, hébreux, etc.). Cela rend l'identification d'un timbre parfois problématique.


Des conventions internationales anciennes spécifient que dans ce cas, les indications les plus importantes (pays d'origine et valeur faciale) doivent être écrites en caractères latins et traduites dans une des deux langues prépondérantes à l'époque : l'anglais ou le français.

C'est ce qui explique qu'on trouve aujourd'hui des timbres anciens avec des légendes écrites en français.


Malheureusement, pour des raisons essentiellement politiques de nombreux pays ne respectent pas cette règle.

Timbres anglais
Timbres anglais



La Grande Bretagne, pourtant première signataire de ces conventions internationales, a pour position constante de les ignorer : la seule effigie du souverain (depuis plus de 60 ans celles de la reine Elizabeth II éternellement jeune) est censée suffire pour que le monde entier sache que le courrier sur lequel le timbre est collé provient de ce pays.




















    Formes et formats des timbres-poste :


Pendant des décennies les timbres ont tous eu des formes rectangulaires pratiquement standardisées et de tailles sensiblement égales. Seules exceptions : quelques timbres de forme carrée.
Ensuite les tailles respectives des timbres émis ont commencé à être plus variées. Plus récemment des timbres ont été réalisés avec des formes de plus en plus originales ... une manière comme une autre de montrer le savoir-faire des différents organismes chargés de réaliser les timbres-poste.
L'avantage de cette diversification est que cela donne une variété bienvenue qui égaye les pages des albums de timbres.


formes de timbres
Les timbres récents ont les formes les plus variées.


    Conditionnement des timbres-poste :


Les timbres-poste sont émis dans différents conditionnements :

  • Une feuille de timbres
    Une feuille du timbre "Marianne de Gandon" grand format émis en 1945 (coin daté en bas à droite).

    En feuille : C'est le conditionnement le plus fréquent. Les feuilles comportent généralement de 25 à 100 timbres (selon leur taille) et sont distribuées aux bureaux de poste qui assurent la vente des timbres au détail en les débitant au fur et à mesure des besoins.

    Une feuille de timbres comporte, sur ses marges périphériques des indications spécifiques qui peuvent intéresser certains philatélistes (comme la date d'impression, diverses indications facilitant le travail de l'imprimeur ou des indications facilitant le comptage).
    Les timbres qui sont vendus avec un morceau de la marge de la feuille attenant sont dits "bord de feuille" ou "coin de feuille" (2 marges).
    Il est possible d'acheter des feuilles complètes dans un bureau de poste ou sur abonnement.




  • Une roulette de timbres
    En roulette : Certains timbres - les plus courants - sont conditionnés sous forme de roulettes de distribution destinées à approvisionner les distributeurs automatiques de timbres.

    Une roulette comporte plusieurs centaines de timbres attachés les uns aux autres par deux cotés opposés.
    Dans de nombreux cas, les timbres qui constituent une roulette ne sont pas dentelés. Par ailleurs il y a, au verso, un système de comptage constitué par un numéro imprimé : un numéro tous les 10 timbres, tous les 5 timbres voire un numéro par timbre.

    Il est rare que l'on collectionne une roulette entière. Néanmoins, pour être sûr qu'il s'agit d'un timbre provenant d'une roulette, le collectionneur recherche donc ceux qui comportent un numéro de comptage au verso ou alors un bout de roulette composé de 11 timbres (les feuilles de timbres sont constituées de colonnes de 10 timbres.
    Par ailleurs le mode de création d'une roulette peut être à l'origine d'un timbre de type différent.
    Les roulettes sont parfois réalisées avec des méthodes d'impression différentes des feuilles ce qui peut générer un type de timbre différent de celui des feuilles. Ces timbres de roulette sont alors faciles à distinguer des timbres de feuille.
    Actuellement la plupart des roulettes sont non-dentelées verticalement ce qui permet là aussi de distinguer facilement les timbres de roulette des timbres de feuilles.


  • En carnet : Certains timbres sont conditionnés sous forme de carnets comportant plusieurs timbres (identiques ou différents). Les carnets français récents comportent généralement 10 ou 12 timbres.

    Certains carnets - surtout dans certains pays étrangers - comportent plusieurs feuillets de timbres.
    Les couvertures des carnets peuvent être recherchées par des collectionneurs thématistes car elles peuvent comporter des illustrations originales.
    En France il existe aujourd'hui 2 types de carnets : ceux contenant des timbres d'usage courant - généralement tous identiques - ou ceux dédiés à un thème, qui contiennent 12 timbres grand format différents.
    Tous les carnets français actuels sont constitués de timbres ne comportant pas de valeur faciale (timbres à validité permanente).
    Carnet de timbres


    Carnet de timbres d'usage courant
    Carnet de timbres



    Carnet de timbres à thème


  • Un bloc-feuillet
    Bloc-feuillet émis pour commémorer l'exposition philatélique mondiale Arphila 75 à Paris
    En bloc-feuillet : A certaines occasions, les administrations postales émettent des petites feuilles de papier comportant quelques timbres (identiques ou différents). Ces feuilles spéciales sont appelées "blocs-feuillets".

    Les blocs-feuillets les plus anciens sont des pièces philatéliques très recherchées car très rares. La multiplication de ce type de produit a rendu leur intérêt moindre mais ils sont toujours recherchés pour leurs qualités graphiques.
    Les philatélistes thématiques sont friands de ces produits car les illustrations qui sont représentés sur le bloc, en dehors des timbres-poste, peuvent parfaitement illustrer leurs thèmes de prédilection.





  • Un entier postal
    Un entier-carte postale émis spécifiquement, en 1924, lors des Jeux Olympiques de Paris. Il reprend la figurine d'un des timbres commémoratifs émis pour l'occasion
    Sur des entiers postaux : Les entiers postaux sont des objets postaux vendus "prêt à l'emploi" par les administrations postales ou par des organismes privés : ils comportent, pré-imprimés, les figurines d'un ou plusieurs timbres et sont donc d'emblée prêts à être expédiés.
    Les entiers postaux peuvent être de plusieurs types : enveloppes, télégrammes, cartes postales, etc. La France n'a pas émis beaucoup d'entiers-postaux au cours de son histoire. Ils sont beaucoup plus nombreux dans d'autres pays.
    Les entiers postaux constituent un vivier important de ressources originales pour les collectionneurs thématistes.



    Types d'impression :


Dernière caractéristique qui permet de catégoriser les timbres-poste : le type d'impression qui a été utilisé lors de leur fabrication.
Cette information, qui peut être essentielle, est fournie dans les catalogues de timbres-poste.

Les timbres-poste sont généralement imprimés selon plusieurs procédés différents. Les principaux sont (il y en a d'autres plus confidentiels) :

  • La typographie : C'est le procédé le plus ancien, il a été utilisé presque exclusivement jusqu'au milieu du XXème siècle.
    Dans ce procédé d’impression, il faut constituer au préalable une plaque (ou un cylindre) d'impression sur lequel l'empreinte des timbres à imprimer est gravée. C'est un procédé de gravure dit "en relief" car ce sont les saillies de la gravure qui impriment la couleur et les creux qui donnent le blanc. La typographie permet l’impression de grandes surfaces unies.

  • La taille-douce : Ce procédé, comme la typographie, nécessite la constitution préalable d'une plaque d'impression. Mais il s'en distingue par le fait qu'il s'agit d'une "gravure en creux" : c'est l'encre déposée dans les creux de la gravure qui imprime la couleur et les saillies les blancs.

    Les timbres imprimés en taille-douce sont très appréciés des philatélistes par la finesse d'impression qui en résulte.

  • L'héliogravure : Ce procédé nécessite le transfert d'une image sur une plaque de cuivre grâce à une gélatine photosensible. Ensuite, comme pour la taille-douce, il s'agit d'un procédé d'impression en creux : l’encre est retenue dans les creux de la forme imprimante.
    Les timbres imprimés en héliogravure ont une surface lisse et un aspect brillant.

  • La lithographie : C'est un procédé d'impression qui permet la reproduction d'un motif dessiné sur une pierre calcaire (d'où son nom) en jouant sur l'antagonisme entre l'eau et les matières grasses qui permet de distinguer les zones à imprimer de celles à laisser vierges d'encre.

  • L'offset : C'est une amélioration majeure du procédé d'impression par lithographie où la pierre calcaire est remplacée par une plaque ou un rouleau.
    Les timbres imprimés en offset ont une surface lisse et un aspect brillant.



impression de timbres
© Infographie parue dans le fascicule "Comment collectionner les timbres ?", édité et distribué par l'AdPhile, l'Association pour le Développement de la Philatélie.


Pour finir il faut aussi distinguer les timbres-poste qui sont imprimés "à plat" (l'impression se fait feuille par feuille, ou bloc par bloc) et ceux qui sont imprimés "sur rotative". Ce dernier procédé met en oeuvre des machines très puissantes qui impriment en continu d'énormes rouleaux de papier ce qui autorise des tirages plus importants.
Aujourd'hui, sauf dans des cas rares de production de produits de prestige, tous les timbres sont réalisés sur des rotatives.




 Nos partenaires


La Poste    Logo Yvert et Tellier      








Mentions légales...
Mentions légales

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation, notre politique de préservation des données personnelles et le fait que nous utilisons dans certains cas des services additionnels permettant d’améliorer nos services (accès à YouTube, à Google Maps ou à Open Street Map). Pour plus d’informations, cliquez sur le bouton "Mentions Légales".